Partager le sens de l’effort

  • lundi, 25 septembre 2017 07:28

Apprendre, pratiquer un sport, s’exprimer dans un art, concevoir, produire, vendre, sont autant d’activités qui exigent du travail, donc un effort. L’enseignant comme le manager doivent intégrer le mieux possible cette évidence pour penser leur activité et atteindre leurs objectifs.

Inviter, inciter les élèves à faire l’effort d’apprendre n’est pas chose simple. L’enseignant doit trouver le moyen d’alléger autant que possible la difficulté du travail d’apprentissage. Il lui faut adopter des méthodes qui rendent l’appropriation des connaissances facile et agréable, en combinant préoccupations d’ergonomie et modalités ludiques.

Le manager, dans son rôle de catalyseur de la production collective avec pour objectifs la qualité et la productivité, est en situation de relever le même défi. Il peut alléger la pénibilité du travail en proposant une organisation qui ménage les acteurs (mise en œuvre de méthodes et d’outils adaptés, répartition des tâches en fonction des compétences et des appétences, etc.) ainsi qu’en favorisant un climat de coopération agréable, voire stimulant... Mais on ne peut raisonnablement spéculer sur la fin de la nécessité de l’effort, ni tabler sur l’absence totale de désagrément dans la quête de l’accomplissement et de la performance.

Le manager comme l’enseignant demandent à leurs interlocuteurs la production d’efforts et le dépassement de difficultés, parfois considérables. Ils le font au risque de ne pas être suivis... Et de ne pas atteindre leurs objectifs. A leur compétence pour réduire l’effort demandé, les managers doivent donc impérativement ajouter la capacité et la ferme volonté de partager le sens de l’effort.

Cette expression n’a pas dans notre propos la signification généralement admise : inculquer l’aptitude à supporter, voire à apprécier l’effort ou même la souffrance qu’il peut générer.

Pour nous, « le sens » c’est le pourquoi et non l’acceptation ou le goût de l’effort.

Partager le sens de l’effort avec ses collaborateurs, c’est leur donner la possibilité de comprendre l’utilité du travail demandé, son contexte, les enjeux associés... C’est aussi valoriser la mission à accomplir, c’est-à-dire montrer sa valeur (avant) et la reconnaître (après). 

Partager le sens de l’effort implique donc de consacrer du temps à une communication authentique – information et écoute mutuelle – autour de l’activité. C’est, de plus en plus, une nécessité pour engager réellement les personnes dans les projets qui leur sont proposés.