On confond confort et plaisir

  • mardi, 15 mai 2018 07:35
confort

On nous propose le bonheur, ce qui n'est pas rien,  et c'est au travail que nous atteindrions la félicité !

Dans les faits, on observe surtout des initiatives (certes louables) visant à améliorer le confort des salariés pour leur permettre de mieux vivre leur obligation de travailler. Je n’échapperai pas à la systématique évocation du babyfoot, devenu symbole de la préoccupation d’amélioration du rapport au travail des générations dernièrement arrivées dans l’entreprise.
Côtoyant des étudiants, futurs cadres de notre économie, je constate leur scepticisme à l’évocation du plaisir que l’on peut prendre dans son travail, scepticisme alimenté notamment par des expériences de stage peu enthousiasmantes. Ils semblent, pour beaucoup, n’espérer que du confort :  conditions de travail plaisantes et agrément que procurent des revenus substantiels ou des horaires de travail souples et légers pour s'adonner à leurs loisirs favoris (ils recherchent également dans des activités solidaires le sens qu’ils ne trouvent pas dans le cadre professionnel).
Confrontées au désenchantement, les organisations peuvent assez facilement, moyennant quelques dépenses, apporter des éléments visibles de confort alors qu’elles peinent à mettre en œuvre un management favorisant le plaisir de travailler.

Dans la réalité des entreprises, que peut-on observer ? 
- Le confort, auquel on s’habitue, n’est jamais suffisant et ne constitue pas un facteur de motivation, un moteur d’engagement et donc une voie vers l’accomplissement. 
- La culture de pilotage (qui se dit management) n’est apte ni à installer et entretenir l’idée que plaisir et effort sont compatibles, ni à faire percevoir que l'épanouissement individuel peut passer par l’action collective.
Les entreprises qui dans leur organisation et leur management intègrent l’enjeu de motivation des acteurs, donc le plaisir pris dans le travail, n’ont pas besoin, elles, de promettre le bonheur. Elles peuvent concilier accomplissement des acteurs et effort tourné vers la performance.