Comment « avoir des gens motivés » ?

  • vendredi, 30 septembre 2016 15:37

C’est le rêve du manager : « avoir des gens motivés ». C’est aussi une de ses responsabilités que de créer les conditions propices à l’expression d’une envie de faire et de bien faire.

Bien sûr, il peut tenter de se faire aimer (carotte, main de velours, etc.), de se faire craindre (bâton, gant de crin, etc.), ou même alterner les deux registres. Il peut essayer de plagier les discours mobilisateurs des mi-temps rugbystiques, il peut vendre un peu de rêve... Ces approches ont parfois des effets, pour quelque temps, mais elles touchent très vite leurs limites, quand elles ne se retournent pas contre leur instigateur.

Créer les conditions de la motivation passe par la pertinence des choix managériaux qui structurent l’activité et par la qualité des pratiques du quotidien opérationnel plutôt que par le story telling les harangues, les démonstrations de force ou d’affection, jamais loin d’infantiliser ceux que l’on est censé faire grandir.

Je propose 5 verbes pour 5 lignes directrices d’un management permettant aux acteurs de trouver des motifs de donner le meilleur d’eux-mêmes.

INTERESSER : confier des tâches, répartir le travail de façon que chacun puisse y trouver suffisamment d’intérêt… Mais aussi amener à mieux percevoir les aspects d’un travail qui en font l’intérêt (partager le sens du travail)

ECHANGER : interagir sur une gamme étendue de sujets et notamment en s’intéressant aux personnes, pour répondre au besoin de la plupart d’entre nous d’entrer en relation dans le cadre du travail (sociabiliser).

ECLAIRER : informer, donner des repères fiables pour permettre d’avancer sans crainte, en y voyant clair… et donc éviter les volte-face, les dénis, les « faites c’que j’dis, faites pas c’que j’fais ! » (importance de l’exemplarité).

RESPONSABILISER : ménager des espaces d’initiative, de décision, la possibilité de prendre un risque, même petit, de faire quelque chose que l’on a décidé soi-même (latitude décisionnelle).

RECONNAITRE : exprimer tranquillement son point de vue sur le travail accompli, les choix effectués, le comportement adopté, faire part d’une appréciation positive ou d’une critique qui montrent qu’on s’intéresse à la personne, qu’on la reconnaît, qu’on l’estime (aux sens évaluer, apprécier, considérer, respecter).

Avec ces quelques principes, le manager se donnera des chances de voir ses collaborateurs s’appliquer, s’engager, se motiver sans même qu’il soit nécessaire de le demander.

Gilles Charpenel

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.